joey-badass-land-of-the-free-cover

La semaine d’investiture qui réveille les musiciens

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on TumblrShare on RedditEmail this to someone

Aujourd’hui, à 18h heure française, le 45ème président des Etats-Unis Donald Trump entrera officiellement en fonction avec la traditionnelle cérémonie au Capitole de Washington. Ce nouveau président est déjà contesté de toute part (il n’aurait que 30% d’opinion favorable dans les sondages, le taux le plus bas pour un président entrant), et le milieu artistique ne déroge pas à la règle. Après un discours poignant de l’actrice Meryl Streep au Golden Globes le 8 janvier dernier, le milieu musical (qui boycotte en grande partie cette cérémonie d’investiture) s’est réveillé cette semaine, livrant plusieurs morceaux coup de poing. Petit tour d’horizon:

J.Cole – High For Hours (16 janvier)

Le 16 janvier dernier, le rappeur originaire de Caroline du Nord a offert à ses fans (dont j’avoue faire partie) un morceau inédit non présent sur son dernier opus 4 Yours Eyez Only, sorti en décembre dernier. Le choix de ce jour de sortie n’est pas anodin puisqu’il s’agissait du Martin Luther King Day outre Atlantique, jour férié où l’on rend hommage à l’œuvre du combattant des droits civiques.

Sur une production soul d’Elite, le MC livre plusieurs couplets politiques, abordant notamment les nombreuses bavures policières envers la communauté afro-américaine, sa rencontre avec le président Obama durant laquelle il lui a demandé s’il avait conscience de l’oppression subie par cette même communauté. J. Cole parle aussi d’une hypocrisie américaine qui se réjouirai de la mort de terroristes (il évoque la mort de Ben Laden et les réactions dans le pays) mais fermant les yeux sur les propres exactions de son pays.

Gorillaz feat Benjamin Clementine – Hallelujah Money (19 janvier)

Le premier extrait tant attendu du nouvel album de la bande à Damon Albarn est publié ce jeudi 19 janvier, et le moins que l’on puisse dire c’est ce que premier titre frappe fort. Le groupe invite le chanteur Benjamin Clementine pour un duo puissant.

Les paroles font clairement référence aux déclarations de campagne de Donald Trump (le chanteur déclame notamment une métaphore du pays comme un arbre dont il faut préserver l’intégrité en construisant un mur). Le visuel n’en est pas moins effrayant, le musicien britannique chantant dans une boite, des images diffusées derrière lui (une marche du Ku Klux Klan, un dessin animé représentant un cochon énervé dictant sa loi, possible référence à La ferme des animaux d’Orwell) 24 heures avant la prise de fonction du milliardaire, le message semble de plus en plus contestataire.

Joey Bada$$ – Land of the Free (20 janvier)

Après B4.Da.$$ (2015),son premier album salué par la critique, le jeune rappeur de Brooklyn se sait attendu avec l’annoncé AABA pour 2017. En fin d’année dernière, il avait déjà fait grand bruit en dévoilant le premier extrait Front & Center qui sample le générique de la série Narcos. Il faut croire que l’imminente arrivée au pouvoir de Trump a réveillé Joey Bada$$ qui a offert ce matin Land of the Free. Sur une instrumentale où se côtoient guitare funky et étouffée et notes de synthé rappelant des sonorités à la Notorious BIG, le MC livre avec verve sa vision des Etats-Unis. Pas de clip mais une image du musicien arborant un t shirt Make Amerikkka Suck Again (détournement du slogan du candidat républicain.)

Le texte est plus que virulent, le jeune rappeur parlant d’un pays raciste («Three K’s, Two A’s in Amerikka», référence claire au Ku Klux Klan), critiquant l’incapacité du nouveau résident de la Maison Blanche («Donald Trump is not equiped to take this country over»), rejetant le rôle parfois néfaste des religions («Put opiates in syringes then enject his religion» où le parolier semble faire référence à la célèbre phrase de Karl Marx «La religion c’est l’opium du peuple.»)

https://www.youtube.com/watch?v=DglxPGLxJPQ

Baptiste
Baptiste, tout nouveau dans l’équipe Distortion, fan de musique en tout genre et de nouvelles découvertes sonores.

1 commentaire sur "La semaine d’investiture qui réveille les musiciens"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *